Marionnettes en valise
Backpack Puppets



       
       




Le métier de marionnettiste et les marionnettes



Les origines du théâtre de marionnettes 


Le théâtre a une origine sacré puisqu’il est né de danses rituelles lors des fêtes ou des rassemblements propres aux peuples anciens. En Occident, on reconnaît les cérémonies consacrée au dieu grec Dionysos comme l’événement qui a engendré le théâtre moderne. Aujourd’hui, nous pouvons nous rendre dans une salle de théâtre pour voir des acteurs interpréter un texte sur scène. Mais il y aussi d’autres façons de faire du théâtre : à l’opéra, au cirque, dans la rue à la façon des vaudevilles ou des nomades, en l’intégrant à une installation d’art, etc. et bien sûr, avec des marionnettes. En fait, l’histoire des marionnettes devancerait l’histoire des pièces de théâtre. L’ancêtre des marionnettes se trouve dans les jeux d’ombres de notre propre ancêtre, l’homme préhistorique, qui a découvert un jour la possibilité de créer des silhouettes grâce à la lumière du feu.

Les thèmes des représentations antiques étaient, la plupart du temps, métaphysiques ou religieux, les marionnettes devenant elles-mêmes sacrées. Le feu et les ombres ont d’ailleurs toujours été associés à la magie et à la vie spirituelle, ils revêtent une aura de mystère et prêtent bien à la méditation et la réflexion. Les idoles et fétiches constituent une autre origine possible pour les marionnettes, ceux-ci seraient éventuellement, après avoir été décorés et enjolivés, devenus des statuaires mobiles. L’Asie serait le berceau du théâtre d’ombres. À Java, ‘’wagang’’ signifie à la fois marionnette et ombre. On a retrouvé des poupées articulées et fabriquées pour être animées dans des tombes d’enfants chez beaucoup des grandes civilisations de l’antiquité (Chine, Égypte, Grèce, Rome).

Les marionnettes ont navigué entre trois sphères : religieuse, politique et populaire. Dans l’antiquité en Europe, on faisait des processions de statues articulées pendant les fêtes religieuses avant d’être expulsées à la rue par l’église et reprise par les mouvements populaires pour exprimer leur mécontentement. Ainsi est né le Marcus Romain, ventru, bossu et crochu, avec son parler dru, ses anecdotes osées qui deviendra plus tard le célèbre Polichinelle italien.

Le nom ‘’marionnette’’ vient d’une déformation de Marie. Elles étaient appelée Les petites maries au Moyen-Âge où elles remplacèrent parfois les jeunes filles pendant les fêtes de Pâques. En Vénétie, il était raconté que des pirates avaient enlevé douze jeunes filles. En leur honneur, le doge de Venise donnait chaque année, pour le mariage de douze jeunes filles chaque année, des fêtes somptueuses qui furent éventuellement remplacées, par souci d’économie, par des spectacles de poupées de bois, appelées marie di leguo.

Les marionnettes étaient d’abord muettes puis accompagnées d’une narration pour faciliter la compréhension du public et plus tard, elles commencèrent à parler et chanter, parfois accompagnées d’un orchestre. Les marionnettistes étaient traditionnellement des voyageurs, ce qui a permis aux différents styles de se mélanger et s’influencer.



source: Geneviève Petit. ‘Faites des marionnettes ‘. Dessain et Tolra, 1995. Canale, Italie.

Ann Rocard. ‘Marionnettes’. Dessain et Tolra, 1979. Paris.





The origins of puppet theatre




Being born from ancient ritual dances performed during celebrations or gatherings, theatre has a sacred origin. In the Western world, we consider the sacred ceremonies given in honor of the Greek god Dionysos as the event which generated modern theatre. Today, we can go to the theatre to see actors perform a text on stage. But there are also other ways of doing theatre: at the opera, at the circus, in the street, like vaudevilles or nomads, by integrating it to an art installation, etc. and of course, with puppets. In fact, the history of puppets is said to precede that of plays.  The ancestor of puppets is to be found in the shadow plays of the prehistorical man, who discovered at one point the possibility of creating silhouettes with the fire's light. 

In ancient times, the themes of the representations were, for the most part, metaphysical or religious. Puppets would even become sacred in themselves. If we think about it, fire and shadow have always been associated with magic and spiritual life, there is an aura of mystery to them and they create an atmosphere that is particularly suitable for reflection and meditation. Idols and fetishes are another potential origin for puppets: after getting decorated and embellished, they would eventually become mobile statuaries.  Asia would be the cradle of shadow theatre. In Java, ‘’wagang’’ means both puppets and shadow. Articulated dolls that were clearly made for being animated were also found in children tombs in many great ancient civilizations (China, Egypt, Greece, Rome). 

Puppets have navigated between three spheres: religious, political and popular. In antiquity in Europe, there was processions of articulated statues during religious celebrations until church banned them. Puppets were then reclaimed by popular movements to express discontent. This is how Marcus Romain, humpbacked and crude, was born. He would eventually become the famous Italien Polichinelle.   

In English, the word ''puppet'' come from an old French word meaning doll (''popette''). In French, ''marionnette'' originates from (the) a deformation of ''Mary''. Puppets were called ''the little marys'' during religious ceremonies. In Italy, there is a story about pirates who had kidnapped twelve young women. The religious authorities started to give sumptuous feasts for the wedding of twelve young women each year. For financial reasons, these were eventually replaced with spectacles with wooden dolls, which were called ''marie di leguo''.    

At first, puppets did not speak. Then they were accompanied by a narrator to facilitate the public's comprehension and later, they started to speak, sing and to sometimes be accompanied by an orchestra. Traditionally, puppeteers were nomads, which brought different styles to blend and influence each other. 



source: Geneviève Petit. ‘Faites des marionnettes ‘. Dessain et Tolra, 1995. Canale, Italie. 

Ann Rocard. ‘Marionnettes’. Dessain et Tolra, 1979. Paris. 
                          


         
copyright © Les marionnettes en valise, 2017